Les équipes virtuelles en 3 D

TransAptitudes : équipes virtuelles 3DCette appellation paraît irréelle et mystérieuse.
Pourtant, une équipe virtuelle est composée de personnes bien réelles.
Ce qui la différencie des autres équipes, c’est sa géométrie variable et souvent évolutive.
Alors de qui parlons-nous ?

Il existe 3 dimensions d’équipes virtuelles :

Les équipes intra-entreprise

Un manager et ses collaborateurs, répartis entre les filiales et la maison-mère d’une même entreprise. Ce type d’équipe peut prendre deux formes :

  • les équipes hiérarchiques :
    Elles regroupent des personnes du même métier ou d’un même département. Il existe des liens hiérarchiques entre les membres.
    Il peut s’agir par exemple d’une équipe de commerciaux ou bien du département marketing d’une filiale, rattachés aux équipes correspondantes de la maison mère.
  • les équipes projet :
    Elles rassemblent des personnes de métiers divers, pour conjuguer toutes les compétences nécessaires à la réalisation d’un projet. On parle aussi d’équipe transverse. Il n’existe pas de lien hiérarchique entre les membres et ces équipes sont temporaires.
    Ce peut-être l’équipe responsable du déploiement d’un nouveau logiciel au sein d’une entreprise. Elle réunira non seulement les informaticiens, mais aussi des représentants des équipes utilisatrices du logiciel.

Les équipes interentreprises

Elles réunissent par exemple un client et son fournisseur ou des partenaires commerciaux.
Plus précisément, on peut citer un éditeur de logiciel, qui assure la gestion de projet en France et emploie des développeurs et testeurs en Inde.
Ce peut-être aussi un réseau de franchise, qui s’étale sur plusieurs régions de France.

Ces deux premiers types d’équipes réunissent en général entre 5 et 15 personnes.

Les communautés virtuelles

Sur un périmètre plus large encore, elles associent des individus, voire des sociétés, autour d’un centre d’intérêt, d’une expertise. Elles peuvent prendre la forme de simples groupes de discussion et de forums, ou bien d’associations. C’est le cas de SIETAR, Society for Intercultural Education, Training And Research. Ces communautés peuvent regrouper plusieurs centaines de personnes.

Ces trois types d’équipes virtuelles peuvent interagir, se superposer momentanément ou durablement. De plus, leur champ d’action peut aller de plusieurs régions à plusieurs pays, voire plusieurs continents. C’est pourquoi j’ai souhaité les présenter en trois dimensions.

Mais au fait, c’est quoi une équipe ?

Historiquement, selon le Larousse, il s’agit d’un ensemble de personnes travaillant à une même tâche.

Selon le Grand Dictionnaire Terminologique, c’est un groupe de salariés qui effectue son travail durant la même période de la journée (par exemple des ouvriers sur les 3×8).

Or aujourd’hui, cela n’est plus si simple. La délimitation dans le temps et l’espace ne s’applique plus systématiquement. Ainsi, on assiste à un éclatement géographique qui peut donner lieu à un flux d’activité en continu (24 heures sur 24) si les différents membres de l’équipe sont répartis sur plusieurs fuseaux horaires.

Il existe une définition plus récente et applicable aux équipes à distance. L’Internaute définit une équipe comme un groupe de personnes ayant le même but ou devant accomplir un travail commun. Il donne comme exemple les joueurs qui s’associent pour disputer un match.

Ce qu’il faut retenir, c’est que l’on n’a pas à faire à la somme d’individus, mais à un ensemble de personnes partageant un même objectif. Mais comment cet objectif peut-il être partagé dans une équipe éclatée géographiquement et culturellement ? Ce blog a pour but de fournir quelques éléments de réponse.

photo sous licence creative commons – auteur : patries71

4 réflexions au sujet de « Les équipes virtuelles en 3 D »

  1. Jenny

    Bonjour, de nos jours presque tout le monde travaille dans des équipes virtuelles et bien peu de gens savent comment bien gérer cette situation ! D’ailleurs ça m’a aussi inspiré de poster un petit texte sur mon blog. Merci! Jenny

    Répondre
    1. Corinne Mahaut

      Bonjour Jenny,

      Merci pour ce commentaire. Je partage votre point de vue : le travail en équipe virtuelle fait aujourd’hui partie du quotidien pour une majorité de personnes. Bien que récent, il est considéré comme allant de soi, avec des résultats contreproductifs. S’il était mieux préparé et envisagé comme un environnement à part, d’importants gains de productivité pourraient être obtenus. Heureusement, quelques personnes en parlent sur leurs blogs, comme vous même. Ceci dit, en français, c’est le silence radio sur la question. Je rejoins donc avec joie la communauté des pèlerins pour prêcher la bonne parole. Reste ensuite à former les équipes concernées. A bientôt ! Corinne

      Répondre
      1. Jenny

        Bonsoir Corinne, c’est dommage s’il n’y a encore rien en français dans ce domaine. Je suis moi-même en train d’explorer les liens entre la ‘pleine conscience’ et la communication interculturelle dans les milieux de travail. Ce serait bien si on pouvait se connecter, il y aura peut-être moyen de faire quelque chose ensemble! Bonne soirée, Jenny

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *